Sylvie Brunel

Sylvie Brunel en 2008.

Œuvres principales

Sylvie Brunel est une géographe, économiste et écrivain française, née le . Spécialiste des questions de développement, elle a travaillé pendant plus de quinze années dans l’humanitaire (Médecins sans frontières, Action contre la faim) et a publié une vingtaine d’ouvrages consacrés au développement, en particulier aux questions de famine. Elle est à ce jour professeur des universités à l’université Paris IV-Sorbonne.

Elle a également une activité d’élevage de chevaux dans la Drôme. Son roman Cavalcades et dérobades, paru en 2008, a obtenu en 2009 le prix Pégase.

Outre une maîtrise en droit public, Sylvie Brunel est agrégée en géographie, docteur en économie et diplômée du Centre de formation des journalistes.

Elle s’est investie pendant plus de quinze ans dans l’action humanitaire. De 1984 à 1989

Real Madrid Club de Fútbol Away BENZEMA 9 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Away BENZEMA 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, elle travaille pour Médecins sans frontières puis, de 1989 à 2002, pour Action contre la faim (ACF) en tant que conseillère stratégique, directrice entre 1992 et 1993 et présidente de juin 2001 à mars 2002.

Elle a été élue « femme de l’année » en 1991, a fait partie d’un groupe de personnalités sur le développement de l’Afrique auprès du Secrétaire général des Nations unies de 1991 à 1996. Elle a également été membre du Haut Conseil de la coopération internationale.

De 2002 à 2007, elle est professeur à l’université Paul-Valéry de Montpellier (Montpellier III) et, de 1988 à 2007, à l’Institut d’études politiques de Paris. Elle est professeur des universités en géographie à l’Université Paris IV-Sorbonne depuis 2007, où elle dirige un master professionnel consacré aux pays du Sud face au développement durable.

Elle est administratrice de la Société de géographie et de la Société des Explorateurs français, membre associée de l’Académie royale de Belgique et de l’académie Pégase. Elle a également été administratrice de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (FARM).

Mariée à Éric Besson de 1983 à 2009, Sylvie Brunel est mère de trois enfants, dont l’aînée, née en 1989, est elle-même écrivain sous le nom d’Ariane Fornia. Elle se sépare de son mari en 2009, après trente ans de vie commune, et publie un livre sur le sujet en , Manuel de guérilla à l’usage des femmes, où elle mêle, dit-elle, une analyse de la situation des femmes aujourd’hui, trop souvent délaissées à mi-vie, à son histoire « personnelle et singulière ».

Elle publie en 1987 Tiers Mondes. Controverses et réalités, un ouvrage collectif qui réunit de nombreux spécialiste, qui rompt avec le tiers-mondisme répandu dans ces années. Elle y explique que ce sont les choix politiques qui expliquent les différences de développement et non la colonisation comme il est souvent avancé.

Après avoir passé une dizaine d’années à des postes décisionnels stratégiques dans l’humanitaire, elle est faite chevalier de la Légion d’honneur en 2002. Dans les semaines qui suivent

United States Away MORRIS 9 Jerseys

United States Away MORRIS 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, elle démissionne de sa qualité de présidente d’Action contre la faim, en même temps qu’elle sort un roman, Frontières, dans lequel elle expose plusieurs critiques de l’humanitaire, en particulier la dérive marchande de certaines ONG. Elle s’insurge notamment contre l’évolution de certaines ONG qui deviennent de « grosses machines au service de la puissance publique », qui utilisent les victimes comme des alibis pour capter les budgets institutionnels.

En 2008, elle publie un ouvrage À qui profite le développement durable? dans lequel elle développe une vision critique du développement durable. Elle s’interroge en particulier sur les fondements idéologiques du développement durable :

Le développement durable tel qu’il est actuellement présenté sert donc les intérêts des riches plus que ceux des pauvres, qu’ils soient dans le tiers-monde ou dans les pays développés.

Pour atteindre vraiment ses objectifs, le développement durable doit cesser d’être, comme il l’est actuellement pour Sylvie Brunel, un gadget « écolo-responsable », une religion avec ses fanatiques néo-convertis ou une culpabilisation allant jusqu’à la déformation, à la peur et au « flicage ». Mener une politique de développement durable efficace doit consister non pas à rechercher « un vaste retour en arrière », comme c’est actuellement le cas selon elle, mais à prendre en compte tous les éléments, en particulier la dimension sociale. Pour elle, « il faut toujours garder présent à l’esprit que sa finalité doit être l’humain. La planète n’existe pas indépendamment de l’homme. »

Le développement durable doit donc passer par une réflexion en profondeur de nos modes de production qui prenne en compte cet impératif social. Dans la même veine, elle rappelle qu’il ne suffit pas d’invoquer l’écologie pour justifier des actions mais que les choix effectués doivent se fonder sur une réflexion globale. L’urgence écologique ne vaut que si elle est mise au service du bien-être de l’humanité, et particulièrement des plus pauvres.

Sylvie Brunel travaille depuis la fin des années 1980 sur les questions de la faim, notamment sur la problématique des famines qui constitue le sujet de son habilitation à diriger des recherches (HDR) en géographie et de son doctorat en économie. Convaincue que la terre peut nourrir une humanité bien plus nombreuse qu’aujourd’hui, elle montre que les famines actuelles n’ont rien à voir avec la malnutrition — laquelle est toujours la conséquence de la pauvreté — et sont généralement liées à une volonté politique de soumettre, déplacer ou éliminer des minorités indésirables.

Elle plaide pour des politiques agricoles qui garantiraient une juste rémunération et une protection foncière des paysans

Colombia 2016 Home GUARIN 13 Jerseys

Colombia 2016 Home GUARIN 13 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Elle ne s’oppose ni aux organismes génétiquement modifiés (OGM) ni aux agrocarburants à condition que leur utilisation soit sévèrement encadrée et orientée dans le sens de l’intérêt général.

Elle considère que la nouvelle donne géopolitique se situe en Orient et non plus à l’Ouest, en opposant dans son ouvrage La Coopération Nord-Sud les pays développés à économie de marché (identifiés aux États-Unis, l’Union Européenne ainsi que le Japon, c’est-à-dire les membres de la Triade ) aux pays émergents vis à vis capacités de coopération entre ces deux ensembles.

Sur les autres projets Wikimedia :